Search Icon
Logo
Logo

Le chamois (Rupicapra rupicapra)

Caractéristiques

Ordre : Artiodactyles
Hauteur au garrot : 70-85 cm
Poids : 35-50 kg
Effectif CH : 95’000
Statut :  non menacé

Le chamois est un ongulé de taille moyenne caractérisé par une tête aux dessins contrastés et aux cornes arquées. En automne, son pelage devient très foncé et plus épais. A la fin du printemps, il redevient plus court et clair.

Bouc : cornes plus épaisses et plus arquées ; corps, tête et cou plus massif
Chèvre :  plus fine et plus gracieuse

Reproduction et comportement

Rut et accouplement : de novembre à décembre
Gestation : 23 semaines
Mise bas : mai à juin
Nombre de jeunes : 1, très rarement 2

Pendant la période du rut, mâles et femelles se rencontrent et s'accouplent. Les boucs défendent leur territoire et leurs femelles et chassent d'éventuels rivaux. De violents combats peuvent alors avoir lieu. Durant cette période, les boucs se nourrissent peu. Ils sont vulnérables et risquent d'être blessés, alors que l'hiver est loin d'être terminé. Il arrive souvent que les réserves de graisse, qui ont fondu lors du rut, ne suffisent pas jusqu'au printemps.
Les chèvres, les chevreaux et les jeunes dans leur 2e année forment des hardes pouvant compter 30 individus ou plus. Les femelles s'isolent momentanément du troupeau pour la mise bas. Les boucs forment de petits groupes. Les plus âgés, souvent solitaires, vivent à l'écart.

Régime alimentaire

Eté : graminées, plantes herbacées, feuilles
Hiver : aliments riches en fibres (entre autres jeunes pousses, lichens, mousses)

Habitat

Alpes et Jura, dans des pentes abruptes et rocheuses, ainsi que dans les forêts clairsemées, souvent dans le périmètre de la limite supérieure des forêts et des pâturages riches en plantes situés plus haut. En hiver, le chamois peut descendre plus bas, mais on le trouve aussi toute l'année en haute altitude. Il préfère les pentes exposées au soleil, qui sont rapidement déneigées après les chutes de neige. En hiver, il se nourrit à longueur de journée et se repose dans les zones rocheuses.

Réactions à l’encontre des adeptes de sports d’hiver – Conséquences pour les animaux

La distance de fuite du chamois varie entre moins de 100 m et plus de 300 m. On peut donc l'effrayer de loin. Les skieurs et snowboarders dévalant les pentes sont perçus par l'animal comme un grand danger. Forcé à fuir, il dépense beaucoup d'énergie, le déplacement dans la neige profonde et en terrain escarpé étant synonyme de grands efforts. Les chamois peuvent être contraints à se réfugier dans les forêts, où ils causent d'importants dégâts supplémentaires aux jeunes arbres.