Search Icon
Logo
Logo

Zones de tranquillité & sites de protection de la faune

Les zones de tranquillité et les sites de protection de la faune protègent les animaux sauvages des dérangements excessifs, liés aux activités de loisirs de l’homme. L’arrivée impromptue d’un randonneur à raquettes peut déjà être problématique en soi pour les animaux sauvages: obligés de fuir, ils brûlent une énergie qui leur fait ensuite défaut pour survivre. C’est la raison pour laquelle les zones de tranquillité ne doivent pas être traversées en hiver ou uniquement sur des itinéraires indiqués.

Avec l’essor de différentes activités de loisirs, de plus en plus de personnes pénètrent dans le milieu de vie des animaux sauvages, et les dérangements se multiplient. Outre des mesures librement consenties et faisant appel à la responsabilité personnelle, des lois et des ordonnances permettent de réaliser les objectifs de protection inscrits dans la Constitution.

Dans les zones de tranquillité et les sites de protection de la faune, priorité est donnée aux besoins des animaux. Les activités de sports de neige et les autres utilisations sont de fait souvent restreintes. Si nous respectons les zones de repli pour les animaux sauvages, le milieu hivernal offre suffisamment de place pour l’homme et la faune.

> Zones de tranquillité

Les zones de tranquillité visent à protéger les mammifères et oiseaux sauvages des dérangements excessifs, liés aux activités de loisirs de l’homme. Elles sont un instrument légal destiné à canaliser les usages et servent à dissocier dans le temps et dans l’espace les périmètres propres à l’homme et à la faune.

Les zones de tranquillité sont interdites d'accès à certaines périodes de l’année voire toute l’année. Lorsqu’elles sont accessibles, elles le sont de façon limitée pour les activités de loisirs, par exemple en respectant un itinéraire obligatoire. Il existe des zones de tranquillité contraignants et des zones de tranquillité recommandées.

  • Zones de tranquillité contraignants: la délimitation est mise en place par voie législative (législation sur la chasse cantonale, planification de zones à l’échelle communale, etc.). Quiconque y pénètre commet une infraction (passible de plaintes pénales ou d’amendes d’ordre).
  • Zones de tranquillité recommandées: les animaux peuvent s’y retirer en toute quiétude grâce au respect de tout un chacun. On renonce ainsi à déterminer un périmètre par voie légale et donc à la menace d’amendes.

> Sites de protection de la faune

Le but des sites de protection de la faune est de protéger et de préserver les mammifères et oiseaux sauvages ainsi que leurs habitats naturels. Les districts francs fédéraux entrent dans cette catégorie ( OFEV).

Outre la chasse, les activités de loisirs y sont également restreintes: les randonnées en raquettes ou à ski et les autres types de sports de neige n’y sont admis que sur certains itinéraires indiqués (« chemins autorisés »), l’installation de tentes et le camping y sont interdits, et les chiens doivent être tenus en laisse. L’organisation d’événements sportifs ou d’autres manifestations publiques nécessite une autorisation cantonale (ordonnance).

Les sites de protection de la faune peuvent recouper des zones de tranquillité assorties de fortes restrictions. Quiconque y pénètre commet une infraction (passible de plaintes pénales ou d’amendes d’ordre).